Archives

 

J’écris pour ceux qui viendront plus tard avec des âmes à ma ressemblance – tu entends ? des âmes à la ressemblance de mon corps – assez purs pour se sentir blessés par la vie même, comme je l’ai été par la mort, écrit Joe Bousquet en 1938 à l'une de ses correspondantes. Le temps serait-il enfin venu de le lire ? Une occasion unique nous en est donnée à la Maison de la Poésie de Paris (14 Septembre 2015, à 20 heures). Sophie Bourel et Yann Collette, en présence de Riccardo del Fra, feront résonner cette parole, véritable alchimie de la langue : métamorphose de la chute en poésie.

 

Le musée Clemenceau et l’association La Minutieuse organisent conjointement, dans le cadre des journées européennes du patrimoine, un événement Mots Écrits. Cette première édition parisienne se déroulera les 19 et 20 septembre 2015 au musée Clemenceau. A partir des archives du musée, avec un groupe de lecteurs amateurs de tous âges, Sophie Bourel, comédienne professionnelle de La Minutieuse, « fabrique » une mise en espace de lecture à voix haute à l’issue trois jours d’atelier.

 

 

Le 21 septembre 2015 à 19 heures  à la Chancellerie // 13 place Vendôme Sur invitation uniquement. Dans sa parution du 18 décembre 2014 (N° 0292, page 21385, texte N° 61), on pouvait lire au Journal officiel de la République française : "Par arrêté de la Ministre de la Culture et de la Communication en date du 28 novembre 2014, est refusé le certificat d'exportation demandé pour les Archives personnelles d'Edouard Glissant".

 

 

 

Printemps des Poètes à Tours
Lecture de Ce qui fut sans lumière de Yves Bonnefoy

 

 

 

Le 13 octobre au Salon d'Automne à 17h00

"Publié en 1956, le recueil Les Indes constitue à n'en pas douter le socle essentiel de l'œuvre poétique de Glissant, alors jeune écrivain martiniquais, qui sera couronné deux ans plus tard par le Prix Renaudot pour La Lézarde."

Pages