Les Indes

Lorsqu’Édouard Glissant me reçut chez lui pour la première fois, parce que je lui avais demandé de m'entendre lire Les Indes, il a poussé les piles de livres et de papiers de sa table de travail pour m'inviter à m'y installer, il m'a dit "je vous écoute" - et j'ai plongé toute entière. Dans quoi ai-je plongé je ne saurais le dire précisément sans risquer de réduire son inventivité, son souffle, cette intelligence qui ondoie et se révèle. J'ai partagé la Beauté, c'était cela Les Indes : un grand feu de beauté qui purifiait notre histoire et me la restituait avec le devoir impérieux d'en faire quelque chose.

Sophie Bourel

 

Image

Image

Il est temps d'envisager une histoire de l'esclavage dans la dignité et de soulever ce voile d'injonction de silence et d'oubli qui a prévalu durant des siècles. Nous tous allons bénéficier de cette mémoire reconquise, pour un nouveau rapport au monde, pour entrer en relation : Nous vivons la mondialité, cette dimension rend nos destins inséparables.

Le travail artistique sur Les Indes d'Edouard Glissant se révèle comme une source inépuisable de compréhension du monde immédiatement accessible à l'imaginaire des jeunes gens. La communauté de destin de toute l'humanité est maintenant indiscutable, on ne peut plus faire les uns sans les autres. Assister au spectacle Les Indes, partager ce texte fondateur est un préalable indispensable à cette prise de conscience. Nous avons besoin de régénérer nos imaginaires afin d'ouvrir un nouvel espace culturel et solidaire. Il faut faire connaître par une approche artistique l'histoire de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, de leurs survivances comme de leurs effets et de leurs héritages contemporains. Entrer en relation avec la poésie d'une façon non analytique fait voir aux spectateurs de tous âges ce qu'ils ressentent face à l'histoire de l'esclavage et à ses répercussions sur le monde et cette entrée en relation avec notre histoire nous libère.

C'est un moment inégalable de transmission, qui garantit la pérennité de la mémoire du crime de l'esclavage à travers les générations.

 

Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes cruciaux est une civilisation atteinte.

Aimé Césaire (Discours sur le colonialisme)

 

Image

 

Reportage Journal Télévisé France O : présentation de Les Indes à la Maison de la poésie. Mai 2015

Image

Image

Image

Télécharger le dossier de présentation

Image

Image

Image

Image

Image

Image